Image default
Santé

Kwashiorkor : définition, cause, symptômes, traitement

Il s’agit du trouble nutritionnel le plus fréquent et le plus répandu dans les pays en voie de développement. C’est une forme de malnutrition provoquée par une carence en protéines.

Chaque cellule corporelle contient des protéines. Il faut des protéines dans notre régime alimentaire pour que le corps puisse réparer des cellules ou en créer de nouvelles. Un corps sain régénère constamment des cellules. Les protéines sont également importantes pour la croissance intra-utérine et pendant l’enfance.

Les aliments contenant des protéines comprennent la viande, le lait, le fromage, les œufs, le soja, les haricots, les fruits oléagineux, les graines et certaines céréales comme le quinoa.

Cette pathologie est rare aux États-Unis.

Les enfants qui développent le kwashiorkor ont généralement des problèmes de croissance ou de développement. C’est une maladie très grave, voire fatale en l’absence de traitement.

Causes

L’insuffisance de protéines dans le régime alimentaire est la cause du kwashiorkor. Il est le plus fréquemment observé dans les pays où il n’y as pas assez à manger et dans les régions où le niveau d’instruction est faible. Le kwashiorkor s’observe le plus fréquemment chez l’enfant et le nourrisson en Afrique et en Amérique centrale. Il est particulièrement fréquent dans les pays en développement qui subissent :

  • la famine
  • des troubles politiques
  • des catastrophes naturelles (tremblements de terre, glissements de terrains, ouragans et inondations)

Tous ces événements peuvent entraîner un mauvais approvisionnement alimentaire.

Cette maladie est rare aux États-Unis, car la plupart des Américains consomment suffisamment de protéines. Selon les NIH (Instituts de santé américains), quand le kwashiorkor se produit aux USA, c’est généralement chez des enfants victimes de mauvais traitement ou de négligence (NIH).

Symptômes

Ils comprennent :

  • changement de coloration de la peau et des cheveux (orange-rougeâtre)
  • fatigue
  • diarrhée
  • perte de masse musculaire
  • incapacité de grandir ou de prendre du poids
  • tuméfaction (œdème)
  • endommagement du système immunitaire, pouvant provoquer beaucoup d’infections fréquentes et graves
  • irritabilité
  • état squameux et démangeaisons
  • gros ventre saillant
  • choc

Signes

Signes

Le médecin pourra remarquer un gonflement (œdème) ou une hypertrophie du foie chez un patient, et prescrire des examens pour doser les taux de protéine et de sucre dans le sang. Ces examens sont habituellement effectués sur des échantillons de sang ou d’urine.

D’autres analyses de sang et/ou d’urine peuvent être réalisées pour mesurer les signes de malnutrition et la carence en protéines (notamment la dégradation musculaire) et pour évaluer la fonction rénale, l’état de santé général et la croissance. Ces examens incluent :

  • gazométrie du sang artériel
  • dosage de l’azote uréique sanguin
  • dosage de la créatinine sanguine
  • dosage du potassium sanguin
  • analyse d’urine
  • formule sanguine

Traitement

En mangeant plus de protéines et de calories en général, particulièrement quand le traitement commence suffisamment tôt.

Au début, le patient peut recevoir plus de calories sous forme de glucides, de sucre et de lipides. Une fois que ces calories auront fourni de l’énergie, le patient recevra des protides. Les aliments doivent être introduits (et les calories augmentées) lentement, car après une longue malnutrition, le corps peut avoir besoin de s’ajuster à une alimentation accrue.

Le médecin recommandera également des suppléments vitaminés enrichis en minéraux.

Complications

Même après un traitement, les enfants qui ont souffert de kwashiorkor n’atteignent parfois jamais leur plein potentiel de développement (taille/poids). Si le traitement est administré trop tard, un enfant peut avoir des problèmes physiques et mentaux permanents.

En l’absence de traitement, cette maladie peut entraîner le coma, le choc ou le décès du patient.

Pronostic

Le pronostic à long terme dépend de la rapidité avec laquelle le traitement est commencé.

En général, quand le traitement commence dès les premiers stades du kwashiorkor, les résultats sont bons. Cependant, il se peut que le patient n’atteigne jamais son plein potentiel de développement (taille/poids). Même quand le traitement est retardé, l’état de santé du patient s’améliorera, mais les déficiences mentales et physiques risquent d’être permanentes. La maladie peut être fatale si on commence le traitement trop tard.

Prévention

La maladie peut être évitée en s’assurant de manger suffisamment de calories et d’aliments riches en protéines. Les CDC (Centers for Disease Control and Prevention), recommandent que 10 à 35 % des calories quotidiennes consommées par une personne proviennent de protéines (CDC).

Related posts

Jeune maman comment éviter le stress

Tamby

Soins d’orthodontie : se fier aux centres Excell Santé à Paris

administrateur

Pléthysmographie pénienne à l’aide de timbres-poste : définition, cause, symptômes, traitement

Irene