Image default
Santé

Pneumonie bactérienne : définition, cause, symptômes, traitement

La pneumonie bactérienne est une infection d’un ou des deux poumons. La bactérie provoque une inflammation des sacs d’air (alvéoles) pulmonaires qui se remplissent de pus, de liquide, et de débris cellulaires. Cela entraîne souvent une perturbation des échanges entre oxygène et dioxyde de carbone. Si vous avez une pneumonie bactérienne, vous risquez d’être essoufflé(e) ou de ressentir une douleur étant donné que vous avez du mal à absorber de l’oxygène.

La pneumonie bactérienne peut être légère ou grave, pouvant même entraîner une insuffisance respiratoire ou le décès. La manière dont vous serez affecté(e) dépend de la puissance de l’agent bactérien, de votre âge, de votre santé et de votre statut immunitaire.

Un traitement précoce de l’infection au moyen d’antibiotiques peut considérablement réduire le danger de détresse respiratoire aiguë.

Causes

La pneumonie bactérienne est classifiée en fonction de l’endroit où vous l’avez acquise – à l’hôpital ou en dehors de l’hôpital. Une infection qui survient dans un établissement de santé est généralement plus grave parce que vous êtes déjà malade. Par ailleurs, ce type d’infection est souvent provoqué par des bactéries plus dangereuses.

Pneumonie bactérienne communautaire

La pneumonie bactérienne communautaire fait référence à une infection provoquée par une exposition à des pathogènes en dehors d’un environnement de santé. Il s’agit du type le plus courant. L’infection peut se faire par des gouttelettes respiratoires provenant de la toux ou d’éternuements ou par le contact de la peau.

La bactérie qui provoque couramment la pneumonie communautaire inclut :

  • Streptococcus pneumoniae ou pneumocoque : le pneumocoque est la première cause de pneumonie bactérienne. Cette bactérie est présente dans le nez et la gorge des personnes saines. Elle peut pénétrer dans les poumons par le biais de l’inhalation, ou elle peut voyager dans la circulation sanguine par une plaie ou un site d’infection dans le corps.
  • Haemophilus influenzae (bacille de Pfeiffer) : Cette bactérie peut vivre dans les voies respiratoires supérieures sans faire de mal ni provoquer de maladie jusqu’à ce qu’une opportunité se présente, comme après une infection virale ou lorsque votre fonction immunitaire est atteinte. C’est la deuxième cause la plus courante de pneumonie bactérienne.
  • Klebsiella pneumoniae : On la trouve dans la bouche, la peau, et le tube digestif. Cette bactérie a plus tendance à infecter les personnes ayant une immunité compromise.
  • Staphylocoque doré : L’infection à cette bactérie intervient le plus souvent parmi les utilisateurs de drogue intraveineuse, les patients atteints de maladies chroniques ou les jeunes enfants ayant un système immunitaire non complètement développé. Environ une personne saine sur quatre est porteuse du germe. Il vit généralement sur la peau ou dans le pharynx ou l’intestin. Environ deux personnes sur 100 sont porteuses d’une souche de la bactérie résistante aux antibiotiques connue sous le nom de staphylocoque doré résistant à la méthicilline (SARM). Le SARM intervient généralement dans les environnements médicaux mais il devient de plus en plus courant au sein de la population générale. Il se propage par le partage des objets personnels ou par le biais des sports de contact tel que rugby ou lutte.

Pneumonie hospitalière ou nosocomiale

On contracte la pneumonie hospitalière après deux ou trois jours d’exposition à des germes chez un patient hospitalisé ou dans une structure de santé ambulatoire. Ce type de pneumonie est souvent plus résistant aux antibiotiques et plus difficile à traiter qu’une pneumonie communautaire. Des exemples de germes qui provoquent la pneumonie hospitalière incluent le SARM (staphylocoque doré résistant à la pénicilline) et le Pseudomonas aeruginosa ou bacille pyocyanique.

Risques

Les personnes qui présentent un risque élevé de développer une pneumonie bactérienne incluent :

  • nourrissons et jeunes enfants ;
  • adultes de plus de 65 ans ;
  • personnes malades ou qui présentent une immunité affaiblie ;
  • utilisateurs à long terme de médicaments immunosuppresseurs ;
  • patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) qui utilisent des corticostéroïdes inhalés pendant de longues périodes ;
  • fumeurs.

Symptômes

Les symptômes de pneumonie bactérienne les plus courants sont :

  • toux accompagnée de mucus jaune ou vert, ou teintée de sang ;
  • douleur thoracique aggravée en toussant ou en respirant ;
  • frissons soudains ;
  • fièvre de 38,8° C ou supérieure (une fièvre inférieure à la normale chez les personnes plus âgées) ;
  • maux de tête ;
  • douleurs musculaires ;
  • essoufflement ou respiration rapide ;
  • léthargie ;
  • peau moite et pâle ;
  • confusion (notamment chez les personnes âgées) ;
  • perte d’appétit.

Diagnostic

Pour diagnostiquer une pneumonie bactérienne, votre médecin devra :

  • écouter tous sons anormaux de votre thorax qui pourraient indiquer une sécrétion importante de mucus ;
  • vous faire faire une analyse de sang pour obtenir une numération de vos globules blancs. Une numération élevée indique généralement une infection.
  • vous faire un prélèvement de sang et/ou de mucus pour identifier les pathogènes ayant provoqué l’infection ;
  • vous faire passer une radiographie pour confirmer la présence et l’étendue de l’infection.

Traitement

Votre médecin pourra vous prescrire les médicaments suivants :

  • un antibiotique pour combattre la bactérie spécifique à l’origine de votre infection ;
  • un sirop pour calmer la toux et vous aider à expectorer les crachats ;
  • un médicament pour la fièvre afin de réduire votre température.

Prévention

Les Centres américains de prévention et de contrôle des maladies (U.S. Centers for Disease Control and Prevention – CDC) recommandent le vaccin antipneumoccique polysaccharidique (PPSV) pour tous les adultes âgés de 65 ans et plus. Le vaccin est également disponible pour les adultes qui présentent un risque élevé de pneumonie en raison d’une santé ou d’un système immunitaire compromis.

Les CDC recommandent le vaccin pneumococcique conjugué (PCV13) pour les nourrissons et les jeunes enfants. Il est généralement donné aux nourrissons en plusieurs doses au cours de leur première année. Il peut être donné à d’autres moments en fonction du calendrier de vaccinations de l’enfant et les besoins sanitaires.

Un épisode de grippe peut affaiblir la réponse immunitaire individuelle et fournir l’opportunité parfaite pour qu’une bactérie envahisse les poumons. Un vaccin annuel contre la grippe peut protéger les adultes contre la grippe et contre certaines formes de pneumonie bactérienne.

Vous pouvez également minimiser vos chances de contracter une pneumonie bactérienne si vous vous maintenez en forme en faisant de l’exercice physique régulièrement, en mangeant bien, en évitant le tabac et en vous reposant suffisamment. Le lavage des mains au savon ou au moyen d’un désinfectant à l’alcool peut tuer les germes qui provoquent la pneumonie bactérienne.

Related posts

Le zona : symptômes et traitements.

administrateur

Le comparateur en ligne pour les mutuelles est toujours indispensable

Journal

Régime alimentaire pour le diabète de type 1 : définition, cause, symptômes, traitement

Irene