Image default
Santé

Colite ischémique : définition, cause, symptômes, traitement

La colite ischémique est une inflammation du gros intestin (côlon). Elle survient lorsque, pour une raison ou pour une autre, l’alimentation du côlon en sang est insuffisante. La colite ischémique est plus fréquente après 60 ans ; elle peut néanmoins se déclarer à tout âge (Baixauli, et al., 2003).

La colite ischémique chronique (à long terme) est causée par un durcissement des artères (athérosclérose). Une colite ischémique chronique guérit souvent d’elle-même. Il arrive qu’un traitement léger, comme une diète liquide à court terme accompagnée d’antibiotiques, suffise à la faire disparaître.

Une colite ischémique aigüe (subite) est souvent causée par un caillot sanguin. La colite ischémique aigüe est une urgence médicale et doit être traitée rapidement. Le taux de mortalité est élevé lorsqu’une gangrène (nécrose tissulaire) survient dans le côlon.

La colite ischémique est également appelée ischémie mésentérique artérielle, occlusion vasculaire mésentérique et ischémie colonique.

Causes

La colite ischémique survient lorsque l’alimentation en sang du côlon est insuffisante. Une réduction du flux sanguin (appelée infarcissement ) peut être causée par un durcissement d’une ou plusieurs artères mésentériques. Il s’agit des artères qui irriguent l’intestin. Ce durcissement est une cause fréquente de colite ischémique chez les patients ayant des antécédents de coronaropathie ou d’acrosyndrome, pathologies caractérisées par le durcissement d’autres artères.

Un caillot sanguin peut obstruer les artères mésentériques et interrompre ou réduire l’alimentation en sang. Les caillots sont plus fréquents chez les patients dont le rythme cardiaque est irrégulier (arythmie).

Selon le Cleveland Clinic Journal of Medicine, environ 90 % des cas de colite ischémique surviennent chez des patients de plus de 60 ans (Baixauli, et al., 2003) . Il est possible qu’il s’agisse d’un durcissement des artères dû à l’âge.

Vous courrez un risque supérieur de colite ischémique si vous :

  • présentez une insuffisance cardiaque congestive ;
  • êtes diabétique ;
  • êtes atteint(e) d’hypotension ;
  • présentez des lésions de l’artère aortique (la principale artère alimentant le cœur en sang) ;
  • suivez un traitement médicamenteux dont la constipation est un effet secondaire.

Symptômes

Selon le Cleveland Clinic Journal of Medicine, 60 % des patients atteints de colite ischémique souffrent de douleurs abdominales bénignes à modérées (Baixauli, et al., 2003) . Cette douleur survient souvent subitement ; elle est similaire aux crampes d’estomac. Il arrive que les selles contiennent du sang, bien que les saignements ne soient pas graves. Une quantité importante de sang dans les selles peut indiquer un problème différent, tel que la maladie de Crohn, un cancer colorectal ou des hémorroïdes.

Autres symptômes :

  • des douleurs abdominales après un repas ;
  • un besoin urgent de déféquer ;
  • des diarrhées ;
  • des vomissements ;
  • une sensibilité du ventre.

Diagnostic

Le diagnostic de la colite ischémique peut être difficile. Selon le Cleveland Clinic Journal of Medicine, il est aisé de confondre la colite ischémique avec une maladie intestinale inflammatoire, catégorie à laquelle appartiennent la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse (Baixauli, et al., 2003).

Lorsque votre médecin estime qu’il est possible que vous soyez atteint(e) de colite ischémique, il étudie vos antécédents médicaux et prescrits des tests de diagnostic, et notamment :

  • un examen ultrasonographique à effet doppler ou un tomodensitogramme pour générer des images des vaisseaux sanguins et intestins ;
  • un angiogramme mésentrique destiné à réaliser des radiographies des artères dans le but de localiser le site du blocage ;
  • des analyses de sang, dans le but de réaliser une leucocytémie et de vérifier votre niveau d’acide dans le sang (une leucocytémie élevée peut indiquer une colite ischémique aigüe).

Traitement

Les cas bénins de colite ischémique sont fréquemment traités au moyen :

  • d’antibiotiques ;
  • d’un régime liquide ;
  • de fluides administrés par voie intraveineuse ;
  • d’analgésiques.

La colite ischémique aigüe est une urgence. Elle peut nécessiter :

  • des thrombolytiques (médicaments qui dissolvent les caillots sanguins) ;
  • des vasodilatateurs (médicaments qui accroissent le diamètre des artères mésentriques) ;
  • une intervention chirurgicale pour éliminer le blocage artériel.

En cas de colite ischémique aigüe, une chirurgie d’ablation d’occlusion n’est en général requise que lorsque d’autres traitements ont échoué.

Selon le Cleveland Clinic Journal of Medicine, environ 20 % des patients atteints de colite ischémique aigüe ont besoin d’une intervention chirurgicale. Le taux de mortalité des patients dont l’état est suffisamment inquiétant pour nécessiter une intervention chirurgicale est compris entre 30 % et 60 % (Baixauli, et al., 2003) .

Complications

Selon les instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH), la complication la plus dangereuse de la colite ischémique est la nécrose tissulaire (NIH, 2012). Lorsque le flux sanguin du côlon est limité, un tissu peut être gangrené (se nécroser et mourir). Lorsque tel est le cas, une intervention chirurgicale peut être requise pour retirer le tissu nécrosé.

Autres complications associées à la colite ischémique :

  • perforation intestinale ;
  • péritonite (inflammation des tissus de l’abdomen) ;
  • septicémie (infection bactérienne très grave qui se répand très vite).

Pronostic

La plupart des personnes atteintes de colite ischémique chroniques peuvent être guéries au moyen d’un traitement médicamenteux et/ou d’une intervention chirurgicale. Sans changement de style de vie, le problème peut néanmoins réapparaître, les artères continuant à se durcir.

Le pronostic pour les patients atteints de colite ischémique aigüe est souvent mauvais parce que la nécrose tissulaire intestinale survient avant la chirurgie. Le pronostic est bien meilleur lorsque la pathologie est diagnostiquée et traitée immédiatement.

Prévention

Un style de vie sain peut réduire votre risque de durcissement artériel. Bases d’un style de vie sain :

  • activité physique régulière ;
  • alimentation saine et équilibrée ;
  • traitement des pathologies cardiaques, telles qu’une irrégularité rythmique, susceptible de favoriser la formation de caillots ;
  • contrôle du taux de cholestérol et de la tension ;
  • arrêt du tabagisme.

Related posts

Les avantages de devenir un personnel soignant

Claude

Urticaire pigmentaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Gastroparésie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene