Image default
Santé

Radio-chirurgie stéréotaxique : définition, cause, symptômes, traitement

Il arrive que, du fait de la localisation du problème ou de la mauvaise santé du patient, une intervention chirurgicale ne soit pas possible. Tumeurs cérébrales, problèmes de vaisseaux sanguins et certaines pathologies du système nerveux sont extrêmement difficiles à traiter avec un scalpel. La radio-chirurgie stéréotaxique peut être utilisée pour traiter certains de ces problèmes.

La radio-chirurgie stéréotaxique n’est pas vraiment de la chirurgie car elle ne suppose pas d’incision. Il s’agit d’une méthode avancée de radiothérapie permettant de cibler une zone très limitée pour administrer de très fortes doses de radiation et tuer très efficacement un petit groupe de cellules. Il arrive que, lorsqu’elle cible des régions du corps autres que le cerveau, la radio-chirurgie stéréotaxique soit appelée radiothérapie corporelle stéréotaxique.

Logique

Logique

La radio-chirurgie stéréotaxique est un type de radiothérapie à la fois très précis et très puissant. Au lieu de traiter une zone à problèmes au moyen de multiples doses de radiothérapie, la radio-chirurgie stéréotaxique requiert d’ordinaire une seule séance de traitement, au moyen de radiations à très haute dose, concentrées sur une zone très localisée. Il arrive que plusieurs séances soient nécessaires. La radiothérapie utilise le rayonnement pour endommager l’ADN d’une tumeur ou d’autres cellules afin qu’elles ne puissent plus se reproduire, pour que le tissu meure.

La radio-chirurgie stéréotaxique a initialement été développée dans le but de traiter les petites tumeurs cérébrales localisées en profondeur. Elle peut aujourd’hui être employée pour traiter un plus large éventail de problèmes, dans le cerveau comme dans le corps. Les zones à problèmes difficiles à atteindre, situées à proximité d’organes vitaux ou susceptibles de se déplacer dans le corps, sont traitées au moyen de cette méthode. Exemples de problèmes susceptibles d’être traités par radio-chirurgie stéréotaxique :

  • tumeurs cérébrales profondes ou cellules tumorales résiduelles après une intervention chirurgicale ;
  • adénomes pituitaires ;
  • cancers oculaires ;
  • malformations artérioveineuses (vaisseaux sanguins enchevêtrés suppurant et perturbant le flux normal) ;
  • problèmes neurologiques, tels qu’une névralgie faciale ;
  • tumeurs pulmonaires, du foie, de l’abdomen, de la moelle épinière, de la prostate, de la tête et du cou ;
  • maladie de Parkinson ;
  • épilepsie.

La radio-chirurgie stéréotaxique peut également être utilisée pour traiter des patients très âgés ou des patients trop malades pour supporter une intervention chirurgicale. Il arrive, qu’après une intervention d’ablation d’une tumeur cancéreuse, la radio-chirurgie stéréotaxique soit employée pour éliminer des cellules tumorales restantes que la chirurgie classique n’aura pas permis d’éliminer.

Interventions

Les trois principaux traitements de radio-chirurgie stéréotaxique, qui requièrent des traitements différents, sont les suivants :

  • Scalpel gamma Près de 200 faisceaux de rayons gamma hautement concentrés pour traiter une région cible précise (c’est-à-dire, une tumeur). Cette technique est employée principalement pour traiter de petites et moyennes anomalies du cerveau et/ou de la tête et du cou ;
  • machines à accélérateur linéaire (LINAC) : des rayons X à haute énergie sont utilisés pour traiter les tumeurs dont le volume est important. Cette technologie est également parfois appelée CyberKnife ;
  • un radio-chirurgie par faisceau de protons ou particules chargées lourdes : cette technique est employée pour le traitement des tumeurs plus petites, dans l’ensemble du corps.

Ces méthodes nécessitent toutes énormément d’imagerie (tomographie assistée par ordinateur, imagerie par résonance magnétique (IRM), etc.). Cette imagerie est destinée à permettre à vos médecins de savoir exactement où se trouve la tumeur et à déterminer sa taille.

Pour permettre le bon fonctionnement de ces méthodes, vous devez rester totalement immobile. Il est possible que, lors du traitement, vous soyez attaché(e), ou qu’un masque facial ou un cadre soit fixé à votre cuir chevelu afin d’éviter que vous ne bougiez durant la thérapie.

Vous serez allongé(e) sur une table qui glissera à l’intérieur d’une machine. Les machines employées lors du traitement peuvent pivoter autour de vous, afin de modifier l’angle des faisceaux de radiations. Des médecins et infirmiers surveilleront tout le déroulement du traitement sur écran. Vous pourrez leur parler au moyen d’un microphone situé dans la machine si vous éprouvez des difficultés. Au nombre des professionnels susceptibles de s’occuper de vous figurent un radio-oncologue, un médecin spécialiste en radiation médicale, un radiologue, un dosimétriste, un radiothérapeute et/ou un infirmier spécialisé en radiothérapie.

La durée du traitement est d’ordinaire comprise entre 30 minutes et une heure. Le plus souvent, une seule séance est nécessaire. Il arrive néanmoins que des séances de traitement supplémentaires soient nécessaires. Les résultats de la radio-chirurgie stéréotaxique s’observent dans la durée.

Préparation

Une ou plusieurs imageries par scanner (tomographie assistée par ordinateur ou imagerie par résonance magnétique (IRM)) seront réalisées. Un agent de contraste radiographique peut être injecté pour aider les médecins à évaluer la taille et à déterminer la localisation de la tumeur ou de toute autre structure dont le traitement est nécessaire. La structuration de votre traitement nécessitera une planification considérable.

Indiquez à vos médecins les médicaments que vous prenez. Les dispositifs et implants, tels que les régulateurs cardiaques, valvules cardiaques artificielles, pompes implantées ou endoprothèses doivent être signalés à votre équipe soignante.

Le jour du traitement, ne consommez aucun aliment à partir de 00h00. Vous ne devez pas porter de produits pour les cheveux (spray, gel, mousse, etc.). Ne portez pas de bijoux ni de maquillage. Les lunettes, lentilles de contact et prothèses dentaires doivent être ôtés avant traitement.

Une voie intraveineuse sera posée pour vous administrer des fluides, médicaments et agents de contact.

Risques

Effets secondaires potentiels :

  • sensation de fatigue ;
  • problèmes cutanés (rougeurs, tuméfaction, desquamation en plaques ou formation de cloques) ;
  • chute de cheveux dans la zone traitée ;
  • difficultés pour déglutir ;
  • nausées et vomissements ;
  • maux de tête ;
  • tuméfaction, en particulier dans le cerveau.

À long terme, des changements peuvent intervenir dans le cerveau, la moelle épinière et les poumons. Il existe un léger risque de cancer consécutif à un traitement par rayonnement.

Pronostic

Le pronostic à long terme dépend dans une large mesure de la pathologie traitée. Les rayons endommagent l’ADN des cellules de la zone visée. Plusieurs semaines, voire plusieurs mois, peuvent être nécessaires pour que ces cellules cessent de se reproduire et meurent. De nouvelles tomographies assistées par ordinateur et images IRM devront être réalisées pour évaluer la taille de la tumeur et examiner la zone de la tumeur.

Related posts

Infections par échovirus : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Le top 5 des huiles essentielles pour bien passer l’hiver

Journal

Augmentation mammaire : A quoi s’attendre pendant la période de récupération

administrateur