Image default
Santé

Électro-encéphalogramme (EEG) : définition, cause, symptômes, traitement

Un électro-encéphalogramme (EEG) est un examen qui permet d’évaluer l’activité électrique du cerveau. Les cellules du cerveau communiquent entre elles par impulsions électriques, et un EEG aide à détecter quand cette communication est problématique.

Objet

Pour détecter tout problème d’activité électrique cérébrale potentiellement révélateur de certains troubles du cerveau. Les mesures fournies par l’EEG servent à fournir des informations, mais aussi à confirmer ou exclure des troubles tels que les suivants :

  • troubles épileptiques
  • traumatisme crânien
  • encéphalite (inflammation du cerveau)
  • tumeur cérébrale
  • encéphalopathie (dysfonction cérébrale à origines diverses)
  • troubles de la mémoire
  • accident vasculaire cérébral
  • troubles du sommeil

Un EEG peut servir à surveiller l’activité du cerveau pendant la neurochirurgie, mais aussi à déterminer le niveau d’activité cérébrale d’un patient dans le coma.

Cet examen ne mesure pas l’intelligence et ne diagnostique pas la maladie mentale.

Interventions

Les impulsions électriques du cerveau sont évaluées au moyen de l’EEG, qui mesure l’activité électrique par le biais d’électrodes placées sur le cuir chevelu. Une électrode est un conducteur qui laisse passer un courant électrique en toute sécurité. Les électrodes transfèrent les données du cerveau par l’intermédiaire de fils parvenant à un amplificateur et à une machine qui mesure et enregistre ces informations.

L’examen peut être administré à l’hôpital, au cabinet de votre médecin ou dans un laboratoire par un technicien spécialisé. Un EEG comprend généralement les étapes suivantes :

  • On vous demandera de vous allonger sur le dos sur une chaise inclinable ou un lit.
  • Le technicien mesurera votre tête et marquera l’emplacement voulu des électrodes au crayon sur votre cuir chevelu. Il frottera alors ces endroits avec une crème spéciale qui aide les électrodes à obtenir des données de haute qualité.
  • Le technicien mettra du gel adhésif sur 16 à 25 électrodes avant de les placer aux endroits marqués sur le cuir chevelu. Les électrodes sont des disques métalliques plats.
  • Quand l’examen commence, les électrodes envoient des données sur les impulsions électriques du cerveau à l’appareil enregistreur. Cet appareil convertit les impulsions électriques en données visuelles pouvant être observées sur un écran et sauvegardées sur un ordinateur. Sur l’écran, les impulsions électriques sont illustrées par des lignes ondulées présentant des sommets et des creux.
  • Pendant l’examen, le technicien pourra vous demander de ne pas bouger, de fermer les yeux, de respirer profondément ou rapidement, ou encore de regarder une lumière clignotante ou une image.
  • L’EEG dure habituellement de 30 à 60 minutes.
  • Après l’examen, le technicien retirera les électrodes.

Pendant l’examen, très peu d’électricité passe entre les électrodes et votre peau. Les électrodes ne provoquent aucune sensation, et vous ne ressentirez que peu de gêne, voire pas du tout.

Risques

Cet examen ne présente aucun risque. Il est indolore et sans danger.

En revanche, quand l’EEG est administré à des patients souffrant de troubles épileptiques, les stimuli comme la lumière clignotante ou le fait de respirer rapidement peuvent provoquer une crise. Dans cette éventualité, le technicien est formé aux techniques de gestion de tels patients.

Préparation

Avant un EEG, il convient de prendre les mesures suivantes :

  • Lavez-vous les cheveux le soir précédant l’examen, et ne mettez aucun produit de conditionnement (après-shampoing, spray ou gel).
  • Demandez à votre médecin si vous devez cesser de prendre certains médicaments avant l’examen et apportez une liste de ceux que vous prenez, le cas échéant, au technicien qui réalisera l’EEG.
  • Évitez tous aliments ou boissons contenant de la caféine pendant huit heures avant le test.
  • Si le médecin souhaite que vous dormiez pendant l’EEG, il pourra vous demander de dormir aussi peu que possible la nuit précédant le test. Il se peut aussi qu’il vous donne un sédatif pour vous aider à vous décontracter et à dormir avant l’examen.

Après l’intervention

Après l’intervention

Le technicien retirera les électrodes ; vous ne devriez ressentir aucun effet secondaire et pourrez reprendre vos activités quotidiennes normales.

Cependant, si vous avez reçu un sédatif, le médicament restera dans votre système pendant un certain temps. Il faudra que quelqu’un vous reconduise chez vous, et le technicien vous demandera de vous reposer et de ne pas conduire pour le reste de la journée.

Résultats

Un médecin spécialisé interprète les données obtenues par l’EEG et envoie les résultats au médecin qui a prescrit l’examen pour vous. Ce dernier pourra vous demander de venir afin de vous expliquer ces résultats. Il peut être utile d’écrire les questions que vous souhaitez poser à votre médecin à ce sujet. N’hésitez pas à vous exprimer s’il y a quelque chose que vous ne comprenez pas.

Résultats normaux

L’activité électrique du cerveau est illustrée sur l’EEG sous forme de lignes ondulées. Différents niveaux de conscience, comme l’éveil et le sommeil, ont une plage spécifique de fréquences d’ondes par seconde considérées normales. Par exemple, les structures ondulatoires sont plus rapides quand vous êtes éveillé que quand vous dormez. L’EEG montrera si la fréquence des ondes ou des structures ondulatoires est normale.

Résultats anormaux

Des résultats anormaux peuvent être causés par les facteurs suivants :

  • troubles épileptiques
  • saignement anormal ou hémorragie
  • trouble du sommeil
  • encéphalite (gonflement du cerveau)
  • tumeur
  • troubles de l’attention
  • nécrose des tissus due à un blocage de la circulation sanguine ou à un infarctus cérébral
  • migraines
  • alcoolisme ou toxicomanie
  • traumatisme crânien

Related posts

Dépendance aux amphétamines : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La vérité sur la dyspraxie : un trouble développemental de la coordination

Irene

Piqûre de guêpe : définition, cause, symptômes, traitement

Irene