Image default
Santé

Ulcère gastroduodénal : définition, cause, symptômes, traitement

Les ulcères gastroduodénaux sont des plaies de l’estomac, de l’œsophage et de l’intestin grêle qui résultent de l’érosion causée par les acides stomacaux. Les ulcères gastroduodénaux sont un problème de santé courant, et selon certaines estimations, plus de 20 millions d’Américains souffriront d’un ulcère gastroduodénal au cours de leur vie (Cleveland Clinic).

Il existe trois types d’ulcères gastroduodénaux :

  • les ulcères gastriques (des ulcères qui se développent à l’intérieur de l’estomac) ;
  • les ulcères œsophagiens (des ulcères qui se développent à l’intérieur de l’œsophage) ;
  • les ulcères duodénaux : des ulcères qui se développent dans la section supérieure de l’intestin grêle, appelée duodénum.

Causes

Divers facteurs peuvent être à l’origine d’une lésion des muqueuses de l’estomac, de l’œsophage et de l’intestin grêle. Il s’agit notamment des suivants :

  • Helicobacter pylori (H. pylori) – bactérie cause d’infections et d’inflammations stomacales ;
  • consommation fréquente d’aspirine, d’ibuprofène et d’autres médicaments anti-inflammatoires (le risque associé à ce comportement est plus important chez les femmes et les personnes âgées de plus de 60 ans) ;
  • le tabagisme ;
  • la consommation excessive d’alcool ;
  • la radiothérapie ;
  • le cancer de l’estomac.

Symptômes

Le symptôme le plus fréquent de l’ulcère gastroduodénal est une douleur abdominale lancinante, allant du nombril à la cage thoracique, dont l’intensité varie de bénigne à violente. Il arrive que la douleur réveille le malade durant son sommeil. Les petits ulcères gastroduodénaux ne produisent pas de symptômes.

Autres signes fréquents de l’ulcère gastroduodénal :

  • modifications de l’appétit ;
  • nausées ;
  • présence de sang dans les selles ou selles foncées ;
  • perte de poids inexpliquée ;
  • vomissements ;
  • douleurs thoraciques.

Tests

Tests

Il existe deux types de tests de diagnostic de l’ulcère gastroduodénal. Il s’agit de l’endoscopie supérieure et de l’examen radiographique du transit œsogastroduodénal.

Endoscopie supérieure

Lors de cette procédure, votre médecin insère par votre gorge, jusqu’à votre estomac et votre intestin grêle, un long tube équipé d’une caméra dans le but d’examiner la région pour détecter d’éventuels ulcères. Cet instrument permet également à votre médecin de prélever un échantillon de tissu pour analyse.

Tous les cas ne nécessitent pas une endoscopie supérieure. Cette procédure est néanmoins recommandée pour les personnes dont le risque de cancer de l’estomac est le plus important. Il s’agit des personnes de 45 ans et plus, et de celles atteintes :

  • d’anémie, c’est-à-dire d’une faible numération de globules rouges ;
  • d’une perte de poids ;
  • d’un saignement gastro-intestinal ;
  • de difficultés pour déglutir.

Examen radiographique du transit œsogastroduodénal

Si vous éprouvez des difficultés pour déglutir et que votre risque de cancer stomacal est faible, votre médecin pourra recommander un examen radiographique du transit œsogastroduodénal. Pour cela, votre médecin vous fera boire un liquide épais appelé barium, puis réalisera une radiographie de votre estomac, de votre œsophage et de votre intestin grêle. Le liquide permettra à votre médecin de voir l’ulcère et de le traiter.

La bactérie H. pylori étant à l’origine d’ulcères gastroduodénaux, votre médecin pourra effectuer une analyse pour déterminer si votre estomac est infecté.

Traitement

Le traitement dépendra de la cause sous-jacente de votre ulcère. Si l’analyse montre que vous êtes atteint(e) d’une infection par l’H. pylori, votre médecin vous prescrira une combinaison de médicaments que vous devrez prendre durant une période pouvant atteindre deux semaines :

  • des antibiotiques (médicaments qui contribuent à éliminer les infections) ;
  • des inhibiteurs de la pompe à protons (médicaments contribuant à réduire l’acide stomacal).

Les antibiotiques peuvent avoir des effets secondaires mineurs, tels que la diarrhée ou des troubles stomacaux. Lorsque ces effets secondaires sont cause d’un inconfort important ou ne s’atténuent pas avec le temps, parlez-en à votre médecin.

Si votre médecin détermine que vous n’êtes pas atteint(e) d’une infection par l’H. pylori, il peut vous recommander un inhibiteur de la pompe à protons délivré sur ordonnance ou en vente libre (comme le Prilosec ou le Prevacid) durant une période d’au plus huit semaines, afin de contribuer à guérir votre ulcère.

Les anti-sécrétoires gastriques (comme le Zantac ou le Pepcid) peuvent également contribuer à réduire l’acide stomacal et la douleur ulcéreuse. Ces médicaments se déclinent en deux versions, sur ordonnance et en vente libre, et comme dans la plupart des cas, le dosage de la version en vente libre est inférieur à celui de la version sur ordonnance.

Complications

Les ulcères gastroduodénaux peuvent s’aggraver et être causes d’autres complications, plus graves, telles que :

  • une perforation – un trou se développe dans les muqueuses de l’estomac ou de l’intestin grêle et cause une infection. La perforation d’un ulcère se manifeste par de brusques et violentes douleurs abdominales ;
  • un saignement interne – le saignement d’un ulcère peut entraîner une importante perte sanguine et nécessiter une hospitalisation. Signes de saignement d’un ulcère : étourdissement, vertiges et selles foncées ;
  • tissu cicatriciel – tissu épais qui se développe après une lésion. Ce tissu rend difficile le passage des aliments par votre tube digestif. Signes de présence de tissu cicatriciel : vomissements et perte de poids.

Chacun de ces trois types de complications constitue une urgence médicale qui requiert une intervention chirurgicale. En cas de vertige ou de réapparition des symptômes, appelez votre médecin. Si vous constatez les symptômes suivants, consultez d’urgence un médecin :

  • une soudaine douleur abdominale aiguë ;
  • une perte de connaissance, une sudation excessive ou un sentiment de confusion, qui peuvent être signes de choc ;
  • la présence de sang dans les vomissements ou les selles ;
  • un abdomen dur au toucher.

Pronostic

Convenablement soignés, la plupart des ulcères gastroduodénaux peuvent guérir. Vous ne pouvez néanmoins guérir si vous ne suivez pas un traitement précoce ou si vous continuez à consommer du tabac et des antalgiques (médicaments antidouleurs) au cours du traitement. Votre médecin programmera un rendez-vous de suivi après votre visite initiale, afin d’évaluer votre rétablissement.

Certains ulcères, dits réfractaires , ne guérissent pas toujours même avec un traitement. Le fait que le traitement initial ne suffise pas à guérir l’ulcère peut indiquer :

  • une production excessive d’acide stomacal ;
  • la présence dans l’estomac d’une bactérie autre que l’H. pylori ;
  • une autre maladie, comme un cancer de l’estomac ou une iléite régionale.

Votre médecin peut proposer une méthode ou un traitement différent, ou des tests supplémentaires pour exclure un cancer de l’estomac et d’autres maladies gastro-intestinales.

Prévention

Certains choix de mode et d’habitudes de vie peuvent réduire votre risque de développer un ulcère gastroduodénal. Il s’agit notamment des suivants :

  • arrêter de fumer ou de consommer du tabac autrement ;
  • un régime sain riche en fruits, légumes et céréales complètes ;
  • au plus deux boissons alcoolisées par jour ;
  • ne pas mélanger alcool et médicament ;
  • de fréquents lavages de main pour éviter les infections ;
  • une consommation prudente d’ibuprofène, d’aspirine et de naproxène sodique.

Related posts

Soins d’orthodontie : se fier aux centres Excell Santé à Paris

administrateur

Cheveux secs, ou sécheresse capillaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

L’ostéopathie, le meilleur remède au mal de dos

Claude